top of page

Yoga Angel: ma renaissance

Dernière mise à jour : 19 avr. 2022


Yoga Angel a vu jour en 2017 à la suite d'une formation intensive qui se devait au départ être une initiation au yoga. C'était un cadeau que je m’offrais : une semaine de repos, de recueillement, de paix, de méditation, de nutrition, d'histoire, de philosophie, et de yoga bien-sûr! Tous ces sujets me passionnaient et je voulais les connaître davantage. Je n’aurais jamais pensé que ce serait aussi intense, tant physiquement, psychologiquement et qu’émotivement.


Après 3 jours de formation, mon corps éprouvait tellement de douleurs physiques! C'était inimaginable; un vrai marathon. Toutes ces années à avoir une mauvaise posture et aujourd’hui, je demandais à mon corps d'être droit. Je rééduquais toute mon anatomie enfouie sous plusieurs couches refoulées, cachées depuis tant d’années. C’est à ce moment que quelque chose s'est réveillé en moi. Une porte s'est ouverte à tout jamais.


Mes expériences passées

Je te parle un peu de mon parcours pour t’expliquer pourquoi j’aime tant partager mes passions. Mon médium, mon don à moi, c’est la communication. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours eu de la facilité à parler, j’aimais vraiment échanger avec les gens. Je me sentais à ma place, j’étais tellement bien. En vieillissant, je me suis découvert un amour pour la création et les arts, et cet amour s'est canalisé dans la coiffure. C’était le meilleur des deux mondes : pouvoir créer et m’amuser tout en partageant avec les gens. Tu dois donc te douter de mon autre métier! Eh oui, je suis coiffeuse. Depuis 28 ans maintenant que j’exerce ce magnifique métier. Au cour de ces années, j’ai poussé encore plus loin mes connaissances et mon partage de cet art. J’ai suivi de nombreuses formations et perfectionnements pour devenir artiste coloriste de plateau. J’ai eu la chance de collaborer pendant 13 ans avec des multinationales de la coiffure, de travailler avec des coiffeurs de renommée mondiale et de partager ma passion pour la coiffure devant des centaines de personnes. Ce feu pour la coiffure est toujours présent en moi aujourd’hui, maintenant accompagné d’une seconde passion, le yoga.


La première fois…

Il y a environ 10 ans, alors que j'étais enceinte de ma belle Florie, j’ai rencontré Amélie (professeure de yoga) qui m’a enseigné quelques postures pour m’aider à calmer certaines douleurs physiques et m’apprendre à mieux respirer. Avec tous les changements qui se produisaient dans mon corps, ces enseignements m’ont permis d'être dans le moment présent et d’accepter ces transformations, autant physiques, psychologiques qu’émotionnelles. Étant perfectionniste de nature, je ne savais pas comment passer à travers cette aventure, je dirais même que ce défi me semblait insurmontable. J’étais effrayée et perdue.


Le yoga a su me calmer et apaiser mes angoisses, mes anxiétés et contribuer à ce qui allait être pour moi la plus grande réussite de ma vie : donner vie à quelqu'un. J’ai toujours gardé en tête ces enseignements de base, en sachant au plus profond de mon être qu’un jour, ils reviendraient sur ma route. Ce n’était peut-être pas le bon moment ou je n’étais peut-être pas encore prête à recevoir tous ces enseignements pour ouvrir cette porte, mais la vie me lançait un premier message de ce que le futur me réservait…


Mes 40 ans

Avez-vous déjà ressenti à un moment dans votre vie que rien ne fait de sens, que vous vous êtes perdu? Pour moi, cela s’est produit à mes 40 ans. Quel moment marquant! J’ai toujours été quelqu’un avec mille et un projets, quelqu’un qui s’épanouissait dans tout ce qu’elle faisait dans toutes les sphères de la vie, jusqu’au jour où je me suis posé la question : « Qui suis-je? » Ouf, cette phrase-là… Je me rappelle encore m’être mise à pleurer parce rien ne venait à l’esprit, sauf que j’étais la coiffeuse de…, la femme de…, la mère de …, la sœur de … Oh mon Dieu! J’avais touché une corde sensible. Je n'avais aucune identité et aucune idée de qui j’étais vraiment, moi Nancy. Je m’étais totalement oubliée. Cette jeune fille qui voulait connaître le monde, qui n’avait pas de limites, qui aimait tellement la vie! Elle avait disparu. Je fonctionnais sur le pilote automatique.


Avez-vous déjà vécu quelque chose de semblable?


Ma chute

Un an plus tard, après un défi de 21 jours de yoga, le désir de me former prend naissance. Je m’inscris donc à une retraite intensive de yoga. À la fin de cette sublime retraite, mon corps, mon âme et mon esprit ne voulaient plus quitter cet endroit. J’avais enfin trouvé des gens comme moi qui me laissaient être moi-même, sans barrières, sans peur d'être jugée.


Je me rappelle le moment où notre professeure nous a dit : « Ce que vous faites en ce moment va changer votre vie à tout jamais ». Nous étions assis dans un cercle de partage et chacun devait exprimer comment la semaine s'était passée . Je me sentais si bien et j’avais tellement hâte de partager avec mes amis(es) yogi(es).


Toutefois, lorsque vint mon tour de parler, à ma grande surprise, je me suis mise à pleurer à chaudes larmes. Je ne voulais pas quitter cet endroit, cette communauté remplie de tant d’amour et de générosité qui alimentait mon corps, mon âme et mon esprit. Et du même coup, je ressentais tant de frustration de ne pouvoir exprimer cette passion dans ma vie de tous les jours, de peur d'être jugée. J'étais si bien, mais j’étais déroutée par cette immense brûlure dans mes poumons et cette douleur intense à la gorge, comme si quelque chose y était pris, bloqué.


Je retournai à la maison, riche de ces nouvelles connaissances et remplie d’un immense bien-être. J’avais maintenant un nouveau but : enseigner le yoga! Une flamme s'était allumée; je me voyais faire du bien aux gens grâce au partage de ma passion avec eux. J’y croyais fermement, même si un sentiment de vide était toujours présent en moi. La vie normale reprit son cours, la même routine, le même train-train quotidien, comme on le dit si bien : Métro-Boulot-Dodo. Tu connais?


Je décidai de me perfectionner. J’en voulais toujours plus, sans prendre le temps de prendre le temps et d’écouter ma petite voix intérieure. Je voulais immédiatement suivre la formation de 250 heures pour le professoral et devenir enseignante de yoga. J’étais assoiffée de ces connaissances, je n’en avais jamais assez.


Quelques semaines plus tard, mes douleurs se sont amplifiées. Eh oui! J’avais bel et bien déclenché quelque chose. Une problématique que je n’avais pas réglée complètement quelques années auparavant, que j'avais enterrée très profondément. Au fil des années, je m’étais étourdie avec mes nombreux projets pour ne pas faire face à cette réalité, pour continuer de jouer à l’autruche. Mon corps m’avait lancé de nombreux signes de détresse durant ces années et je ne les avais pas écoutés. Alors, pensant que ce n’était qu’une simple grippe, je pris ça à la légère en me disant : « Je vais me reposer 1 jour ou 2 et ça va passer ». Une semaine plus tard, j’étais à l’hôpital et mon corps combattait entre la vie et la mort. Au moment même où mon corps luttait et lâchait de partout, plus rien n'avait de sens dans ma vie. Tout était vague. Je me rappelle toutefois avoir prié (Le Notre Père) et d’avoir envoyé à l'univers que je lâchais prise, et que si le temps était venu de partir, que j'étais prête. Je n’en pouvais plus de cette vie.


Les 48 heures qui suivirent furent extrêmement difficiles; j'avais tellement de douleurs physiques. C’était cent fois plus douloureux que tout ce que j’avais déjà souffert. J’étais et je vivais le moment présent. Je ressentais tous mes os, mes nerfs, mes muscles, mes organes. Tout mon corps était attaqué. C’est à ce moment, au plus creux de ma vie, que je me suis éveillée, que j’ai ressenti une grande responsabilité et un arrêt complet. Que m'arrivait-il? Où est-ce que j’avais fait l'erreur d’oublier qui j'étais vraiment? Eh oui, j’étais la seule responsable de ce qui m’arrivait. Je ne pouvais plus mettre la faute sur quelqu’un ou quelque chose d’autre (ce que j’aurais fait quelques années auparavant). Je ne pouvais plus me mentir à moi-même; je devais regarder la vérité en face.




L'éveil

À ma sortie d’hôpital, j'ai recommencé à faire du yoga pour guérir mon corps physique et déprogrammer mes pensées limitantes et négatives pour les reprogrammer dans la bienveillance et l’amour de soi. L’autosabotage, tu connais? Mon parcours fût long et ardu, par moments j’ai arrêté, j'ai remis à demain… J’ai traversé mon désert avec de nombreux boulets accrochés après moi. Mes épaules étaient surchargées, comme sûrement plusieurs d’entre vous. Je n’étais pas prête à lâcher prise et je me suis acharnée sur certaines choses. Je me suis rendue si malheureuse à force de croire que je pouvais tout arranger.


Aujourd'hui, 4 ans plus tard, une nouvelle histoire s’est écrite tout doucement. J’ai pratiqué, persévéré, j’ai dû à maintes reprises m'arrêter pour mieux écouter. Je suis fière de la femme que je suis aujourd’hui. Autrefois, je n’avais aucune confiance en moi (et j’y travaille encore chaque jour). Maintenant, je travaille avec moi. C’est plus doux à mes oreilles et dans mon coeur. C’est avec humilité que je partage mon histoire avec vous, car je sais du fond du coeur que je peux aider des gens qui, comme moi, sont à un point de non retour dans leur vie. Que ce soit avec la pratique du yoga, la méditation en pleine conscience, la respiration organique ou la mise en place d’un plan d’action. Tous ces outils permettent de manifester ses désirs au plus profond de soi. Ainsi, j’ai appris à combler mes besoins par moi-même, en me reconnectant avec mon âme.


Tu sais, ces manques, ces vides, que nous avons tous au cours de notre vie et que l’on essaie de combler avec la compagnie des autres, jusqu’au moment où l’on s'aperçoit que ça ne fontionne plus. Ça fait du bien au début, mais après un certain temps, on recommence à avoir ces manques, ces besoins. POURQUOI?



As-tu déjà pris le temps d’écouter cette petite voix qui crie à l'intérieur de toi? Si tu es à ce point non-retour, que ça crie si fort en toi, c’est qu’il est temps d'agir maintenant. ON N’A QU’UNE VIE À VIVRE ET C’EST MAINTENANT!


Par où commencer? Dans mon cas, JE ME SUIS CHOISIE. Et toi?



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page